13 (70x90 cm acrylique).jpg

De son père architecte et de ses mentors (graphiste et peintre), Sandra a appris à allier sobriété et couleur. En utilisant sa peinture, explosion de couleurs en arrière-plan dans une composition graphique, elle transfigure son travail artistique en un ensemble lisible et cohérent. Sandra a tout de la rigueur du typographe et de la liberté de l’artiste. En 1992, elle crée Corbi Graphic Design, un bureau de graphisme spécialisé dans l’édition et les pochettes de disques.

Elle s’est mise à peindre dans un premier temps dans des carnets de voyages, en petits formats. Au départ, il s’agissait d’abstrait, mais petit à petit, les traits sont devenus plus concrets pour aboutir à des paysages. En consultant ses carnets, elle décide de passer à de plus grands formats. Elle achète 2-3 toiles et ses premiers tubes d’acrylique, et commence à reproduire en plus grand ce qu’elle y avait peint plus jeune. A 20 ans, elle se consacre de plus en plus à l’abstrait ainsi qu’au Pop’art, influencée par les formes géométriques et aidée par les techniques que son père lui avait inculquées lors de leurs promenades ‘artistiques’, entre autres la notion de perspective. Mais également par tout ce qu’elle avait appris au cours de ses humanités artistiques à Saint-Luc (Bruxelles). Après quoi, elle s’oriente vers le graphisme, lequel allie la peinture et le dessin, ce qui lui permet de se spécialiser dans la création de pochettes de disques, en particulier celles de jazz auxquelles l’abstrait convient parfaitement. Son travail de graphiste l’amène également à réaliser des toiles beaucoup plus abstraites, car elle apprécie particulièrement le travail des couleurs et des matières, tout comme l’utilisation de différents pinceaux, d’une éponge, d’un bout de bois, d’une truelle… Elle reste toujours fidèle à l’acrylique pour son séchage rapide et sa capacité de superposition qui conviennent mieux à son tempérament impatient que la peinture à l’huile. Plus tard, vers 35 ans, elle devient professionnelle en entamant la démarche, pas toujours facile, de s’exposer au regard des autres. Au départ en tant que graphiste, Sandra rejoint Uccle Centre d’Art, où en découvrant son travail on l’invite, en 2015, à intégrer l’association. Au fil du temps, sa peinture a évolué, elle est plus abstraite et porte sur le travail des couleurs qu’elle associe par harmonie. Le noir est quasi toujours présent, parce qu’il donne une lecture aux autres couleurs, tout comme le blanc. Elle apprécie aussi beaucoup le contraste : le petit, le grand, le clair, le foncé… toujours en différents formats, mais avec une préférence pour le carré, qu’elle considère, avec le rond, comme des formes parfaites.